ACQUISTION DE LA PROPRETE : ET SI ON LEUR FAISAIT CONFIANCE ?

ACQUISTION DE LA PROPRETE : ET SI ON LEUR FAISAIT CONFIANCE ?
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oui, pour l’acquisition de la propreté, si nous faisions confiance à nos chères têtes blondes, brunes ou autres ?

Chaque enfant et différent et unique. Chaque apprentissage se fera d’une certaine manière pour l’aîné et carrément différemment avec le second. 

En tant que parent, intégrer cette notion très rapidement permet moins d’angoisse et de questionnement. Un maître mot en tant que parent : s’adapter encore et toujours.

Bien évidemment, mes trois loustics ont confirmé ce concept et l’acquisition de la propreté n’a pas fait exception.

Je vois beaucoup de parents se questionner sur la maîtrise de la continence. Et la sempiternelle question « Quand dois-je rendre propre mon enfant ? » est sur beaucoup de lèvres inquiètes et démunies.

Si je pouvais répondre à tous ces parents anxieux, je le dirais : « Quand votre enfant vous donnera le signal qu’il est prêt ! ».

Ma réponse peut paraître simple et bête mais c’est la seule possible. Parce que seul l’enfant sent et sait quand il est temps pour lui de devenir propre.

Voici une petite anecdote : quand ma fille a eu 16 mois, elle est arrivée un jour avec sa couche propre à la main. J’ai voulu lui en remettre une autre. Impossible !!! Elle est devenue propre à ce moment-là !

Pour mon fils 1er du nom, ce fut plus long. J’ai dû m’y reprendre à deux fois.

La première fois fut un véritable fiasco : il faisait pipi partout, ne voulait pas le pot. Au bout de 15 jours, j’ai jeté l’éponge.

Quelques jours avant la rentrée scolaire, à peu près un mois après ma première tentative, je réessaie et là banco, l’acquisition de la propreté se fait comme une lettre à la poste.

J’ai bien compris à ce moment-là, qu’un enfant sait mieux que quiconque ce qui lui convient et à quel moment le faire.

MES CONSEILS :

1 – RESPECTEZ SES MATURATIONS NEUROMOTRICE ET PSYCHIQUES

QUESAKO ? Comme je l’expliquais plus haut, votre enfant sait quand le moment est venu de devenir propre. Il sait contrôler ses sphincters car c’est une sensation qu’il a apprise tout seul en acquérant une certaine motricité. Françoise DOLTO donnait, pour ce sujet, quelques exemples d’apprentissages de la motricité comme par exemple savoir monter à une échelle (Les étapes majeures de l’enfance).

En résumé, plus votre enfant apprendra seul à bien se mouvoir, il apprendra davantage à se connaître et il sera plus concentré sur ses sensations et pourra mieux les analyser.

En le mettant sur le pot à heures fixes ou quand vous pensez que votre progéniture a besoin de faire ses besoins, vous faites le travail à sa place et vous faussez l’analyse de ses sensations.

En pensant l’aider, vous risquez de retarder l’acquisition naturelle de ce contrôle. Vous mettez votre enfant en situation d’échec, de dévalorisation (Cliquez ici pour voir mon article sur le concept de la confiance en soi). Et ce dernier risque de devenir inquiet voire constipé. 

2 – LACHEZ PRISE

Si au bout d’une semaine voire 10 jours, votre enfant n’est toujours pas propre, lâchez prise. Parce que inévitablement, si vous êtes stressé sur cette question, il/elle va le sentir et cela va empirer les choses.

Recommencez quelques semaines après. Prenez le temps nécessaire.

3 – LA RENTREE DES CLASSES

Vous êtes en totale panique parce que la rentrée des classes c’est demain et votre loulou n’est toujours pas propre ?

La maîtresse vous a informé que si votre enfant n’était pas propre, elle ne pourrait pas le/la prendre ?

Pour les enfants qui ont 3 ans à la rentrée scolaire, voici ce que dit l’article L113 du code de l’éducation :

« Tout enfant doit pouvoir être accueilli à l’âge de 3 ans dans une école maternelle ou une classe enfantine le plus près possible de son domicile si la famille en fait la demande. »

Pour les enfants qui n’ont pas encore 3 ans lors de la rentrée scolaire :

l’école n’a pas d’obligation. Le même article de loi précise que “les enfants peuvent être accueillis dès l’âge de deux ans révolus dans des conditions éducatives et pédagogiques adaptées à leur âge…” et que “cet accueil donne lieu à un dialogue avec les familles”. Ainsi, attendez-vous à ce que les accidents, pourtant fréquents la première année soient peu tolérés, surtout si l’école manque de moyens et de personnel.» 

  • Prévenez la maîtresse et l’Atsem. Prévoyez un rechange au cas où une fuite arrive.
  • Préférez des vêtements moins beaux mais plus pratiques pour votre enfant. Evitez les boutons et fermetures éclairs. Personnellement, je leur ai toujours mis des pantalons, jupes ou jogging à élastiques.
  •  Faites confiance à votre progéniture. Votre enfant, confronté aux autres, voudra faire comme eux. Le fait de les imiter lui  permettra d’être propre avant les vacances de la Toussaint

4 – ACCOMPAGNEZ LE/LA AVEC DOUCEUR EN METTANT DES MOTS SIMPLES

Dites-lui que vous êtes à son écoute. Que quand il/elle voudra, un pot sera à sa disposition ou les toilettes si préférence.

Quand vous le/la changez, faites-le/la participez.

Mon fils 2ème du nom a été rapidement propre pour le pipi. En ce qui concerne ses selles, il a fait dans sa couche jusqu’à ses quatre ans. Et puis, du jour au lendemain, il a décidé qu’il ne voulait plus de couches.

J’avoue que j’étais assez contrariée mais je l’ai laissé faire sans remarques désobligeantes.

Quand je vous dis que chaque enfant est différent 😉

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir mon guide "5 astuces pour gérer votre​​​​ stress"