COMMENT BIEN COMMUNIQUER AVEC UN ADO

COMMENT BIEN COMMUNIQUER AVEC UN ADO
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien communiquer avec son adolescent relève parfois du défi.

Dernièrement, j’échangeais avec une maman stressée de quatre enfants : ses jumelles de 16 ans sont incontrôlables. Elles se sont encore faites renvoyées d’une école privée.

Leur mère m’explique qu’elles font front face à leurs parents désabusés : c’est vrai qu’à deux, on se sent plus fort surtout quand l’adolescence frappe à la porte !

Ah, les ados et leur crise existentielle ! Je suis actuellement en plein du cœur du cyclone avec ma princesse : les sourires coûtent cher, c’est toujours la faute des autres et jamais la sienne.

Elle ne supporte aucune remarque. Elle comprend tout mieux que nous ses « vieux parents » : bref, c’est un véritable plaisir que de la côtoyer 😉

Mon leitmotiv : trouver le juste milieu. Oui, je sais c’est vague et surtout subjectif.

Moi, la grande communicante, je garde toujours en vue de ne pas couper tout échange. C’est vrai, c’est compliqué parce qu’en face de vous, vous avez quelqu’un qui n’a pas envie de vous écouter, que vous déranger dans son activité.

POSER DES LIMITES

Ne pas être trop strict, là est le secret. Il faut leur expliquer sans pour autant interdire. Personnellement, mon père m’interdisait de fumer sans me donner aucune explication. Dès que j’en ai eu l’occasion, je me suis achetée un paquet de clopes et je me suis initiée avec une copine à la cigarette. Il ne l’a jamais su mais je transgressais un interdit.

J’ai bien explicité à mes aînés la dangerosité de toutes ces substances légales ou pas. Seulement, je ne suis pas avec eux 24h/24. Je ne peux que leur faire confiance. Mais ils savent exactement les conséquences de leurs actes. 

LEUR PARLER SANS LES JUGER

Il a bien une chose que j’ai comprise en vivant avec des ados, c’est de leur parler sans les juger ou les critiquer. Mais aussi, de ne pas les brusquer. Mon fils aîné vient vers moi sans que je lui demande quoi que ce soit. A contrario, dès que je lui  pose une question, il a tendance à rentrer dans sa coquille.

Ils doivent savoir que vous êtes là pour eux, que vous prenez en compte leur tracas, leur joie, leurs envies, leurs besoins. Et que vous êtes disponible à 100 %.

Grâce à cet échange, vous allez connaître le sens critique qu’ils ont par rapport au débordement. Et vous allez pouvoir vous faire une idée de l’état d’esprit de votre jeune. 

UNE COMMUNICATION BIENVEILLANTE

Une éducation bienveillante passe par un respect mutuel.

L’ado est un adulte en formation qui vit une véritable transformation : physiquement mais aussi psychologiquement.

En tant que parent, même si la communication est à un niveau minimum, continuez  à dialoguer, à l’observer. Il/elle sait que vous êtes là, que vous serez toujours là. Et, pour lui/elle c’est important même si tout est implicite.

Que votre enfant soit petit ou grand, votre rôle de parent est de fixer des limites logiques et claires toujours dans la bienveillance. Ceci afin qu’il/elle puisse trouver la clé de la confiance en soi et savoir qu’il/elle peut expérimenter la vie sans se mettre en danger.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.