GOUT DE L’EFFORT : 5 CONSEILS POUR MOTIVER VOS ENFANTS

GOUT DE L’EFFORT : 5 CONSEILS POUR MOTIVER VOS ENFANTS
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Ce que l’on apprend par l’effort reste toujours ancré plus longtemps » De Luc Lecompte (Poète et romancier québécois)

APPRENDRE A FAIRE DES EFFORTS POUR APPRENDRE LA VIE

“Encore un petit effort tu verras tu seras récompensée !”, cette phrase qui ne l’a pas déjà entendue ? Parce que le sens de l’effort n’étant pas dans la nature de l’homme, il est souvent compliqué de faire comprendre à un enfant que se donner du mal pour arriver à faire quelque chose fait partie de l’apprentissage de la vie.

L’éducation à l’effort a pour but de donner envie à un enfant d’aller au-delà de ses envies passagères, de se dépasser, de réussir et peut-être aussi de se confronter à l’échec sans pour autant jeter l’éponge.

Il est donc important de ne pas assimiler l’effort et la performance. Le premier permet d’avancer et de prendre conscience que tout travail demande de l’effort. Alors que la deuxième, détermine indubitablement une punition dans l’insuccès.

LA MISSION DES PARENTS

En tant que parent, notre mission est de guider nos enfants sur le chemin de la connaissance et de l’enseignement. Apprendre, c’est aussi faire des efforts pour y arriver. Et l’énergie et la patience que l’on doit y mettre permettent une meilleure adaptation à la vie en société.

Maria Montessori disait : N’élevons pas nos enfants pour le monde d’aujourd’hui. Ce monde aura changé lorsqu’ils seront grands. Et rien ne nous permet de savoir quel monde sera le leur. Alors apprenons-leur à s’adapter

L’enfant prend conscience des efforts à fournir dès le début de l’initiation à l’autonomie.

Voici 5 conseils qui vous permettront de diriger votre enfant selon son âge et ses affinités vers l’envie d’y arriver, sans le décourager ou le heurter. Emballé, il mettra tout en œuvre pour y arriver.

1/ LAISSEZ LES AGIR SEULS

Oui, je sais, c’est compliqué, je suis passée par là. Mon fiston 2ème du nom n’avait pas trois ans. Nous étions en vacances dans un centre touristique. Nous préparions une fête et j’aidais la responsable du club enfant. Et là, je vois mon petit bout de chou, prendre un ciseau pour découper. Mon sang n’a fait qu’un tour !!!!! La responsable me regarde d’un air bizarre (je pense qu’elle s’est dit que je venais d’une autre planète) et me dit : « laissez-le faire, je n’ai jamais vu un enfant se couper ». Heu, ok. En fait, cette dame avait raison, mon amour ne s’est jamais coupé. Et pourtant, il découpe tout le temps. Comme quoi !

L’effort est vecteur d’estime de soi. Parce qu’il se prouve à lui-même qu’il en est capable.

Et puis, s’il ne réussit pas, rassurez le/la. Il est important que votre enfant comprenne que parfois, les échecs permettent quand même d’apprendre (cliquez ici pour lire mon article sur “Comment apprendre à vos enfants à assumer leur échec).

2/ NE FAITES PAS TOUT A LA PLACE DE VOTRE ENFANT

Vous allez sûrement me dire : « Mais, il est si petit », « Je n’ose pas lui demander de faire un effort, j’ai peur que cela le rende malheureux », « Cela va plus vite, si c’est moi qui le fait ». Oui…. Mais non.

Laissez votre enfant prendre conscience qu’il est capable de faire les choses, seul, sans votre aide. Laissez-le chercher les ressources intrinsèques pour arriver au but recherché. C’est vrai, faire un effort est souvent synonyme de contrainte mais finalement cela permet à l’enfant d’acquérir que du positif, de s’adapter dans n’importe quel environnement, de se sentir confiant face à des situations nouvelles.

3/ RASSUREZ VOTRE ENFANT

Echouer c’est dur. Et quand on est un enfant, cela peut se traduire par une chute libre de la confiance en soi. En tant que parent, c’est important de le rassurer, de lui faire prendre conscience que oui, il n’a pas réussi mais que ce n’est qu’un essai. Peut-être qu’à ce moment-là, il faut revoir sa manière d’appréhender son effort et sa motivation.

4/ FELICITEZ VOTRE ENFANT

Toujours et encore. Et même si vous êtes déçu, ne le lui montrez pas. Au contraire, complimentez. Les phrases positives sont nécessaires pour dépasser l’échec et redonner le goût de l’effort à votre bambin. Voici quelques phrases qui pourraient vous aider à le/la remotiver :

  • Je crois en toi,
  • J’ai confiance en toi,
  • Tu progresses chaque jour,
  • L’important c’est d’essayer,
  • Tu apprends de chaque expérience
  • Tout travail porte ses fruits
  • Les erreurs font partie de la réussite
  • La réussite est une question de temps, de volonté et de méthode
  • Tu peux le faire !
  • Au plus tu t’entraines, au plus tu t’améliores
  • Tu n’as pas réussi POUR LE MOMENT
  • Etc…

5/ FAITES ENTRER LE JEU COMME METHODE D’APPRENTISSAGE

Mon fils deuxième du nom a appris à lire avec plaisir et fluidité. Entré au CP en septembre, en décembre, il savait déjà lire. Cela ne fut aucunement une contrainte pour lui et pour moi. Et vous savez pourquoi ? Parce que sa maîtresse a mis en place la méthode des alphas (cliquez ici pour lire mon article “Les Alphas à la rescousse”) qui est une méthode ludique et pédagogique.

Jouer permet d’allier plaisir et effort et de montrer à votre enfant que faire des efforts peut être amusant. Faites appel à votre imagination en ce qui concerne les devoirs. Personnellement, je lui fais apprendre ses récitations en les mimant. C’est rigolo, et il apprend rapidement.

A vous de déterminer ce qui lui apporte du plaisir et de mettre en place votre méthode pédagogique. Les enfants aiment apprendre en s’amusant, il faut simplement savoir de quelle manière.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.