LE PARENT PARFAIT N’EXISTE PAS

LE PARENT PARFAIT N’EXISTE PAS
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vouloir être un parent parfait, ça veut dire quoi exactement ? Répondre en permanence aux besoins de nos loulous ? Etre collé 24h/24 l’un avec l’autre par du portage, du co-dodo, de l’allaitement ? Ne jamais sortir sans eux ? Ne jamais les faire garder par qui que ce soit de la famille ou autre ?

Et je répondrais à cela que personne n’atteint la perfection. Aucun parent n’est parfait et tant mieux. Nous sommes des êtres humains faits de contradictions et d’émotions.

Parce que répondre à l’instant T aux demandes de nos enfants, c’est génial mais jusqu’à quel point ? Leur apprendre à gérer leurs émotions, c’est super, mais les nôtres alors ? On les laisse hurler dans un silence assourdissant ?

Parce que nous aussi, en tant que personne propre avons nos propres ressentis et nos propres besoins aussi. Et les mettre de côté n’est vraiment pas une bonne chose.

MON VÉCU COMME EXPÉRIENCE

Comment je le sais ? C’est que moi aussi j’ai voulu être une maman parfaite. Et dans cette quête de la perfection, je me suis perdue. Je ne voyais plus que les pleurs, les crises. J’ai oublié de vivre le moment présent. J’ai vécu à 100 à l’heure entre le travail, les enfants, la maison. Je m’étais donné comme objectif de répondre à toutes leurs demandes.

Et puis un jour, je me suis rendue compte que je ne profitais de rien et surtout pas de mes enfants et de mon mari. J’agissais comme une automate. Ma présence n’était que virtuelle. J’avais le sentiment d’être juste une mère nourricière et que je tenais ce rôle à longueur de temps.

Je subissais toutes ces contraintes. Je ne ressentais aucun plaisir, aucun bonheur. Mes enfants grandissaient et moi je subissais ma vie.

J’étais constamment énervée, fatiguée, épuisée dès le réveil. Je ne supportais plus leurs disputes, leurs cris et leurs pleurs.

J’étais proche du burn out parental. Et j’ai dit STOP ! J’ai décidé de m’occuper de moi aussi. J’ai d’ailleurs fait un article à ce sujet (Mes 5 astuces pour être bien dans sa vie de femme plurielle).

NOBODY IS PERFECT

Le parent PARFAIT n’existe pas et c’est tant mieux. A trop vouloir leur donner le mieux, on oublie que nos enfants ont besoin de cadre et de limites. Je vois certains parents complètement déboussolés par les crises de leur bambin. D’autres qui passent des nuits hachées et sont épuisés.

On parle sans cesse de la confiance en soi. Il y a pléthore de livres, CD, tutos sur comment mettre en place cette estime de soi. Ce que je sais par expérience, c’est qu’un enfant a besoin de parents sûrs d’eux et capables d’être fermes pour se sentir en sécurité.

ÉCHOUER POUR MIEUX RÉUSSIR

Alors oui, les papas et les mamans, c’est compliqué mais il en va de la sérénité de vos enfants et de la vôtre par la même occasion. Les erreurs, les échecs forcément vous allez devoir y faire face. Mais ils vont vous permettre de savoir ce qui marche et ce qui au contraire n’aboutit à rien. Vous allez tâtonner, culpabiliser aussi.

La chose importante que vous devez savoir, c’est que c’est NORMAL de faire des erreurs. C’est le propre de toute personne qui apprend. Se poser des questions, va devenir, pour vous, une pratique quotidienne.

Chaque enfant étant différent, vous allez devoir vous adapter. Personnellement, en ce moment, je passe de l’adolescente stressée qui va passer son bac, au jeune adulte qui passe  lui aussi ses partiels mais dans un autre pays, au bonhomme de 7 ans qui n’a qu’une envie, jouer, rire et s’éclater.

ÊTRE INDULGENT AVEC SOI-MÊME

Soyez surtout indulgents avec vous-même. Arrêtez de vous auto-flageller. Cela ne résoudra pas votre problème. Vous allez stresser et votre enfant le ressentira. Et il sera angoissé lui aussi. C’est un cercle vicieux.

Je suis devenue une maman imparfaite. Mes erreurs n’étaient que des essais. Je ne dis pas que j’ai la science infuse et que je sais, désormais, répondre à toutes les problématiques parentales.

Mais mon expérience a fait de moi la maman que je suis : communicante, à l’écoute, ferme mais néanmoins douce et qui sait désormais que la parentalité s’apprend pas à pas, quotidiennement.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.