L’ECOUTE ACTIVE : 8 CONCEPTS CLES POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT

L’ECOUTE ACTIVE : 8 CONCEPTS CLES POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez comprendre, ce que vous voulez comprendre et ce que vous comprenez, il y a au moins 9 possibilités de ne pas se comprendre mais rien ne serait pire que de ne pas essayer. Bernard Werber

Avez-vous souvent remarqué lors d’une discussion que les personnes échangent sans vraiment faire attention à leur interlocuteur ?

Un interlocuteur parle, l’autre lui répond souvent en donnant son avis ou en expliquant que lui aussi a eu la même histoire voire pire.

Autre exemple, votre enfant est en pleine crise de colère et cela vous énerve car vous ne savez pas comment enrayer cette crise.

Dans la parentalité bienveillante et positive, il est souvent fait référence à une écoute active pour pouvoir désamorcer les conflits ou gérer un trop plein d’émotions. 

Mais finalement, c’est quoi vraiment l’écoute active ? C’est écouter et rien de plus ? A t’elle un lien  avec la Communication Non Violente dont je vous ai parlé quand j’ai fait un atelier sur ce concept de communication : “Mon atelier de Communication Non Violente

Voici la définition de l’écoute active selon son créateur, Carl Rogers : L’écoute active est une technique de communication qui consiste à utiliser le questionnement et la reformulation afin de s’assurer que l’on a compris au mieux le message de son interlocuteur et de le lui démontrer.

Les questions que vous devez vous poser sont les suivantes : Suis-je vraiment disponible pour cette personne ? Suis-je vraiment concentrée pour l’écouter ?

Si l’on veut apporter quelque chose de positif, il est très important d’être pleinement dans l’écoute de l’autre.

Cela veut dire qu’il faut une vraie présence à l’autre, se centrer sur notre interlocuteur petit ou grand.

Pour avoir une écoute active digne de ce nom, voici 8 concepts clés à connaître :

1 – Faire des signes d’acquiescement

Cela permet à votre enfant/conjoint/ou autre en face de vous de se sentir compris.

2 – Poser des questions ouvertes

Ouvrez la communication pour ne pas enfermer votre enfant/conjoint/ou autre dans des réponses oui/non.

Voici quelques exemples :

  • Comment as-tu fait pour te faire mal ?
  • Qu’est ce qui te fait penser que ton prof ne t’aime pas ?
  • Pourquoi ton directeur n’a pas pu te recevoir ?

3 – Semer des mots relais ou mots tremplins

Parfois, on pense que nous avons tout compris et que c’est clair dans notre tête. Alors que ce n’est pas forcément le cas.

Redemandez à votre enfant/conjoint/ou autre de repréciser, afin de lui permettre de continuer ses explications.

Voici quelques exemples :

  • Non ?
  • Vraiment ?
  • C’est-à-dire ?

4 – Réutiliser les mots clés

Votre enfant/conjoint/ou autre va peut-être utiliser des mots clés quand il/elle va échanger avec vous :

  • Je n’ai pas envie d’aller à l’école
  • Pour moi c’est impossible, je n’aurai pas mon bac

Reprenez juste le dernier mot qui a une forte connotation négative en l’interrogeant :

  • Pas possible, tu ne veux pas aller à l’école ?
  • Vraiment, tu n’auras pas ton bac ?

5 – Faites des phrases en suspension

Si votre enfant/conjoint/ou autre, s’arrête dans son explication, renchérissez en gardant la voix au même niveau :

  • Tu me dis que c’est impossible pour toi, parce que… ?

Ainsi, votre enfant/conjoint/ou autre pourra rebondir et vous donner l’explication adéquate.

6 – Reformulez partiellement

Forcément, vous allez essayer de savoir si vous avez bien compris ce que votre enfant/conjoint/ou autre vous a expliqué :

  • Pour toi, ce n’est pas possible de réussir ton bac, parce que tu as de mauvaises notes, c’est bien ça ?
  • Tu ne veux plus aller à l’école, parce que ta maîtresse te gronde tout le temps, c’est bien ça ?

7 – Osez le silence actif

Pour certaines personnes, le silence peut gêner ou faire peur. Pourtant, il peut être votre allié car cela peut permettre à votre enfant/conjoint/ou autre de lâcher ce qui lui pèse.

Il est primordial d’installer ces moments de mutisme afin de laisser l’autre s’exprimer.

8 – Reformulez intégralement

Quand vous reformulez totalement ce que vient de vous dire votre enfant/conjoint/ou autres, c’est la quintessence de l’écoute active.

Vous déroulez en deux phrases ce qu’il/elle vient de vous dire. Et ainsi, il/elle va pouvoir vous confirmer si vous avez tout compris et peut-être continuer l’explication.

Et vous pourrez, ensemble, trouver une solution.

Vous l’aurez compris, l’écoute active permet à la personne en face de vous petite ou grande, de se sentir écoutée, comprise.

Vous allez vous sentir plus en harmonie avec votre enfant/conjoint/ou autre. La communication est très importante dans notre société d’aujourd’hui. Elle est aussi primordiale pour comprendre, anticiper et gérer les conflits.

Savoir bien écouter est une très grande qualité car finalement très peu de gens savent véritablement écouter.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Page with Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.