LES DISPUTES : ET SI ON ARRETAIT DE SE CRIER DESSUS ?

LES DISPUTES : ET SI ON ARRETAIT DE SE CRIER DESSUS ?
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ah, ces satanées disputes qui arrivent toujours quand rien ne va : au boulot, c’est la cata et la maison ressemble de plus en plus à un champ de bataille et les enfants sont insupportables.

Mais, la quintessence de la journée de merde, c’est quand éclate la discorde. Le stress, la fatigue rendent nos échangent plus difficile voire carrément impossible.

Et ça explose, comme une bombe à retardement, et bien sûr les enfants sont aux premières loges.

Le trop plein de tout se déverse comme un volcan déverse sa lave brûlante et incandescente. Le flot de paroles mauvaises et inappropriées envahit la pièce.

Les cris montent, crescendo. La joute verbale exécute une bataille de titan et vaincue, claque la porte.

Après, c’est le silence devenu assourdissant qui fait place, nous laissant pantois, énervé sous le coup d’émotions diverses.

LES DISPUTES BON POUR LA SANTÉ DU COUPLE ?

Se disputer de temps en temps, c’est normal dans un couple, me direz-vous. Cela permet de remettre les pendules à l’heure, soit. Nous n’avons pas la même éducation, le même caractère. Je suis d’accord.

Toujours est-il que cela crée un climat de tension dans toute la maisonnée. Les enfants sont inquiets, c’est angoissant.

LES DISPUTES : ECHO D’ UN SCHEMA PARENTAL DEFECTUEUX 

Pourtant, j’ai l’habitude des discordes parce que je viens d’une famille où la gestion des conflits se fait dans les cris.

Auparavant, ces disputes représentaient la normalité pour moi. Parce que j‘avais toujours connu que cette méthode. Générer une dispute était en fait juste une manière pour moi de faire baisser la pression. Et, surtout, cela me permettait de m’imposer, je criais donc j’étais une coriace, je n’avais peur de personne et je le montrais par ma violence verbale.

Et pourtant, aussi ambivalent que cela puisse paraître, je déteste les cris. J’ai grandis avec, j’ai fait en sorte de me défendre de la même manière qu’on m’attaquait. Mais au fond de moi, j’ai toujours haï ces agressions verbales.

Ce schéma familial a laissé de vilaines cicatrices psychologiques. J’ai décidé que je devais évoluer positivement.

UN TRAVAIL SUR MOI POUR AVANCER SUR LE CHEMIN DE L’APAISEMENT

Je travaille sur la gestion de mes émotions et sur la bienveillance. Cela me fait un bien fou. Même, si j’ai encore des stigmates de mon héritage parental, je sais vers quoi je veux tendre : je veux transmettre une autre version du couple à mes enfants et de la famille en général.

Heureusement que la communication est mon alliée, ce qui me permet de désamorcer beaucoup de conflits. De plus, j’ai la chance d’avoir une famille unie qui m’aide et me soutient. Je me sens plus apaisée, la colère cède la place à la compréhension et à l’écoute. Le fait d’avoir mis en place une parentalité positive et bienveillante, me permet de me sentir en adéquation avec mes valeurs et mes convictions : un enfant est un adulte en construction. Il a besoin d’amour, de compréhension, de limites certes mais toujours selon une approche douce. La violence des mots, quand on l’assagit, peut devenir une alliée pour établir une communication riche et bienfaisante.

LA COLERE : UNE MAUVAISE ALLIEE

La colère n’est pas bonne conseillère. Elle n’est pas objective, elle blesse, elle cause beaucoup de dégâts. Elle n’est surtout pas constructive.

Elle peut rendre les enfants agressifs, angoissés, et malheureusement ils peuvent reproduire, comme moi je l’ai fait, le schéma familial.

Dans une famille, on ne peut pas être d’accord sur tout, c’est clair. Cependant, Il est important de savoir bien communiquer et écouter les autres pour arrêter de crier et se focaliser sur ce qui est important : les enfants, le couple et la famille.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre de recevoir mon guide "5 astuces pour gérer votre​​​​ stress"