PARENTS EPUISES : 4 CONSEILS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS

PARENTS EPUISES : 4 CONSEILS POUR PRENDRE SOIN DE VOUS
Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

85 % ! C’est le pourcentage de parents qui expriment leur envie de lâcher prise pour prendre un peu soin d’eux (Etude IPSOS Novembre 2016). Entre bébé qui fait ses dents et le grand qui a encore besoin de vous, être parent peut s’avérer éreintant. Prendre soin de vous devient urgent et indispensable.

Cela ne vous est jamais arrivé de vous sentir submergé(e) de travail ? Moi si ! Entre ma vie professionnelle et ma vie personnelle, je n’arrêtais jamais. Mon principal objectif était de rendre heureux mes enfants, qu’ils se sentent bien et qu’ils ne manquent de rien. Je m’évertuais à être multitâche pour réussir à être la maman parfaite, la femme parfaite, la working girl parfaite.

Mais je suis humaine. Vouloir à tout prix devenir parfaite dans tous les domaines, a eu un coût ! Je m’épuisais donc j’étais stressée et mes moments avec ma famille sont devenus oppressants pour eux comme pour moi.

Après une énième prise de tête, j’ai réalisé qu’à tout vouloir faire bien, en fait je me mettais une pression énorme ainsi qu’à ma tribu.  Je ne prenais pas le temps d’être là en conscience dans le moment présent parce que je pensais à tout autre chose.  Et surtout, je m’oubliais pour tout donner à ma famille.

Après cet amer constat, j’ai décidé qu’il était temps de faire baisser ma charge mentale (cliquez ici pour lire mon article : CHARGE MENTALE : 6 CONSEILS POUR Y REMÉDIER).

Mais, il me fallait des moments à moi, où je pensais qu’à moi. Ce n’est pas de l’égoïsme de penser à soi, c’est se permettre de se faire du bien. Et je peux vous assurer, que quand on est plus serein, on voit la vie familiale d’une autre manière. Et surtout, on l’aborde avec plus de zénitude et d’envie.

Voici 4 conseils pour que vous, parents, puissiez prendre soin de vous et assumer en totale harmonie votre vie familiale.

CONSEIL N° 1 : TRAVAILLER SUR SA CULPABILITE

Ben oui ! Avant, quand je faisais quelque chose qui me plaisait, j’avais toujours cette impression d’égoïsme. Si, je pense à moi et que je ne pense pas à ma famille c’est que je ne suis pas quelqu’un de bien.

La culpabilité nous ronge de l’intérieur. Je pourrais même dire que c’est l’ennemi public n°1 tapi à l’intérieur de vous-même qu’il faut abattre.

La culpabilité, n’est pas une mauvaise chose en soi. Elle vous fait savoir quand vous faites du mal à quelqu’un. Elle vous permet d’avoir une morale, une conscience. Cependant, quand elle devient excessive et qu’elle vous empêche de vous faire plaisir, d’être heureux sous prétexte que vous rendez les personnes de votre entourage tristes, il est temps de vous poser les bonnes questions.

Si vous n’êtes pas épanoui, si vous n’écoutez pas votre intuition, vos envies, vos besoins, vous êtes en manque d’amour et d’attention. Et cela se ressent dans votre attitude vis-à-vis de vos enfants.

En tant que papa ou maman, il est important d’être bien ancré dans son rôle. Cela permet à notre progéniture de se sentir en sécurité. En effet, un parent qui sait être bienveillant envers lui-même le sera sans contrainte, ni stress pour sa famille. Et cela change tout dans ses rapports inter-familiaux.

Quand on sait ce que l’on veut, où on veut aller, les échanges sont plus sincères et basés sur une confiance réciproque.

CONSEIL N° 2 : PREVOIR UN TEMPS QUOTIDIEN POUR SOI

Je sais, quand on est maman et qu’on travaille c’est compliqué de se prendre du temps pour soi. Personnellement, je profitais de ma pause méridienne pour faire ce que j’avais envie. Je faisais du lèche vitrine ou du sport. Et même, si j’avais un travail en urgence, je gardais cette petite bulle de zénitude pour faire ce que j’aimais.

Se poser une heure, ce n’est pas de l’égoïsme. Effectivement, prendre soin de soi c’est aussi changer ses habitudes. Toujours penser aux autres, à sa famille, peut devenir toxique. S’octroyer un peu de plaisir, quel qu’il soit, c’est déployer ses hormones du plaisir et du bien-être (sérotonine, dopamine, ocytocine, etc.) qui sont essentielles à notre santé et notre moral.

Si vous ne travaillez pas, c’est peut-être plus complexe à mettre en place mais pas impossible. Par exemple, vous pouvez essayer de vous lever une demi-heure avant tout le monde, pour lire un livre, faire de la gym, etc.

CONSEIL N° 3 : RESPECTER SES CYCLES

Ici, je m’adresse directement aux femmes, désolée Messieurs 😉

Apprendre à connaître sa boussole cyclique permet une meilleure connaissance de son besoin d’agir ainsi que celui de ralentir. On ne peut pas être au top tout le temps.

Chaque femme est en capacité de réaliser une tâche à un certain moment, toujours en fonction de son cycle.

Pour bien comprendre tout cela, car oui, c’est indispensable, voici une vidéo très amusante qui vous explique tout sur le cycle menstruel (cliquez ici pour voir la vidéo).

CONSEIL N° 4 : CULTIVER UNE BONNE HYGIENE MENTALE

Je vous avoue que je ne regarde plus les informations à la télévision. Je trouve cela trop anxiogène. Entre accidents, attentats, guerres, j’ai juste envie de me mettre au fond de mon lit et de ne plus penser à rien.

L’influence des pensées négatives peut s’avérer vraiment néfastes. La peur, le stress, l’angoisse nous mettent dans un état de panique vraiment oppressant. Même notre personnalité peut changer. A force de se dire : « je ne suis pas capable », « je ne suis pas la hauteur », cela provoque dans notre corps et notre esprit des effets toxiques.

La pensée négative fabrique un circuit nuisible. A contrario, une pensée positive entraîne la création d’un circuit favorable.

Le cerveau ne sait pas différencier le réel de l’imaginaire. Quelles que soient nos pensées vraies ou pas, il enverra les ordres s’y rattachant.

La moindre de nos pensées est de l’énergie envoyant une impulsion que nos cellules réceptionnent et qui va guider leurs actions, avec un résultat physique et psychologique.

C’est pour cela qu’avoir des pensées positives engendrera une énergie bienfaisante et libératrice.

Vous ne pouvez pas toujours penser positif. Mais, penser le plus possible de manière optimiste peut vous apporter beaucoup. Au début, vous allez sûrement trouver cela difficile mais en vous entraînant un peu tous les jours, vous pouvez booster votre cerveau en mode “warrior”.

About Nadine FIORI


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.